Page d'accueil / Portrait / Association / Comité directeur

Comité directeur

Markus Jenny (Präsident)
Markus Jenny (Präsident)
Dr. phil. II, biologiste, agro-écologue
Fehraltorf
E-Mail

Markus Jenny travaille depuis 1985 à la Station ornithologique suisse de Sempach ; il dirige des projets agro-écologiques entre la recherche, la mise en œuvre et le marché. Depuis 1997, il est membre du Forum national de la compensation écologique. Il a présidé le groupe d'experts OQE de l'OFAG jusqu'en 2007 et il est président de la communauté d'intérêts Emmer & Einkorn.

Priorités de travail:
agro-écologie, agriculture durable, monitoring des oiseaux nicheurs et du lièvre d'Europe, recherche appliquée, conseils aux agriculteurs, labels et partenaires commerciaux, publications.

Josef Blum
Josef Blum
Ing. agr. dipl. EPF 1974
AgroEcoConsult, Sempach
E-Mail

1975-76 Kansas State University, Manhattan, Kansas (USA) ; spécialisation en génétique et statistique. 1977-1985 : collaborateur scientifique à la Station de testage d'engraissement et d'abattage (MLP) de Sempach. 1986-2003 : directeur du service d'écologie agricole du canton de Lucerne. 2003-2008 : directeur du département d'agriculture (sections écologie, paiements directs et amélioration structurelle) au service agriculture et forêt de Sursee.

Priorités de travail:
Bureau de conseil en agriculture écologique depuis 2009 (copropriétaire et exploitant d'une petite entreprise agricole – culture et élevage – à Pfaffnau (LU). Depuis 1996, conseil en création d'exploitation agricole fondée sur la production intégrée à Belene (Bulgarie).


Werner Müller
Werner Müller
Écologue
Schöfflisdorf, Zürich
E-Mail

Werner Müller est membre du comité directeur et actuaire de Vision Landwirtschaft à titre privé. Il travaille depuis 1979 à l'Association suisse pour la protection des oiseaux (ASPO). Sa première campagne, concernant les haies, avait déjà trait à l'agriculture. Il a cofondé le Forum national de la compensation écologique et influe toujours activement sur la politique agricole en qualité de directeur de l'ASPO.

Priorités de travail:
Politique agricole, promotion des espèces prioritaires, stratégie pour la biodiversité en Suisse.

Felix Schläpfer
Felix Schläpfer
Dr. sc. nat., habil. oec.
Winterthur
E-Mail

Felix Schläpfer est collaborateur scientifique à la HES Kalaidos et chargé de cours à l'Université de Zurich.

Priorités de travail:
Recherche et enseignement en économie environnementale, économie agricole, finances, recherche opérationnelle, méthodes d'enquête. 
Site internet personnel : Lien


Marianne Winzeler
Marianne Winzeler
Spécialiste de la nature et de l'environnement dipl. / cadre commercial
Wila
E-Mail

Nombreux emplois dans diverses entreprises alimentaires. Emploi à temps partiel dans une maison d'édition. Activité indépendante de consultation pour des questions organisationnelles et administratives.

Priorités de travail:
Engagement en faveur d'un commerce équitable, ainsi que de la protection de la nature et de l'environnement au niveau communal ; présidente de l'association locale de protection de la nature pendant plusieurs années ; expériences pratiques dans la culture proche de la nature et la transformation de divers fruits et légumes (variétés locales, variétés Pro Specie Rara) ; publication de divers articles sur la nature, l'environnement et l'agriculture.

Johann Inniger
Johann Inniger
Agriculteur de montagne
Frutigen

Johann Inniger gère avec sa femme une exploitation sur un terrain vraiment très en pente à Entschligental dans l'Oberland bernois. Il s'engage depuis de nombreuses années pour une indemnité plus équitable des conditions difficiles de l'agriculture de montagne. C'est de lui que vient l'idée d'une contribution qui serait versée aux exploitations dont les terrains en pente fauchés représentent la plus grande part des surfaces de l'exploitation. Car ces exploitations avec beaucoup de terrains en pente ne peuvent souvent pas maîtriser l'utilisation de plus de 10 à 15 hectares de surfaces pendant la fenaison, et cela à cause des pics de travail extrêmes qui en découlent. Les paiements directs liés à la surface défavorisent ainsi les exploitations de montagne qui demandent beaucoup de travail mais sont de petite taille.