Page d'accueil / Thèmes / Prestations écologiques requises et prescriptions légales

Les PER, une réussite mitigée

Les prestations écologiques requises (PER) sont l'une des réalisations centrales de la réforme agricole de 1996. Les PER sont une condition requise pour l'octroi de paiements directs et elles doivent assurer les bonnes pratiques agricoles et le respect de la loi. Mais une mise en œuvre lacunaire, des contrôles insuffisants et un affaiblissement insidieux de nombreuses exigences ont porté atteinte à d'importants standards minimaux requis par la législation, et ont pour effet qu'aucun des objectifs environnementaux fixés pour l'agriculture n'ont été atteints. Des améliorations fondamentales sont indispensables, si les PER veulent être ce qui été promis il y a 20 ans: un contrat social qui assure une agriculture durable.
À vrai dire, le respect des lois et les bonnes pratiques agricoles ne devraient pas être une prestation, mais devraient aller de soi. À cet égard, le mot "prestations" est un peu exagéré. Le choix du terme semble carrément illégitime, quand on examine plus précisément les PER sous leur forme actuelle. En effet, dans des domaines importants comme la biodiversité, les pesticides ou l'utilisation durable des engrais de ferme, les PER  ne peuvent même pas assurer le respect des lois en vigueur. Ainsi les conditions requises par la Constitution pour recevoir somme toute les paiements directs, ne sont aujourd'hui pas du tout remplies.

Vision Landwirtschaft s'emploie à ce que pour la prochaine réforme agricole, les PER deviennent enfin de réelles prestations requises. Les standards PER doivent être remaniés en profondeur et leur mise en pratique doit être fortement améliorée. Le but doit être que la politique agricole soutienne efficacement l'agriculture suisse avec l'instrument central des PER, pour se conformer aux exigences légales et produire en respectant l'environnement.

Ce qui va au-delà de cette base légale est alors une prestation et doit être rémunérée avec des paiements directs. C'est le contrat social qui sous-tend la politique agricole et qui justifie les paiements élevés versés à l'agriculture. C'est en même temps la base d'une stratégie suisse de la qualité qui s'illustre par une réelle valeur ajoutée par rapport à la production étrangère.

Après 20 années quasiment perdues, les promesses des PER doivent enfin être honorées.
Contributions sur ce thème
OFAG / ARTICLES SCIENTIFIQUES 25.2. 2016

Sols chargés en éléments provenant d'engrais minéraux

Des chercheurs ont analysé 400 échantillons de sol et montré que les sols sont souvent pollués par les engrais minéraux phosphatés avec trop des substances nocives (en particulier l'arsenic, le cadmium, le plomb et l'uranium). Ainsi, l'accumulation et le risque de pollution sont étudiés.

Liens

VISION AGRICULTURE / NEWSLETTER 1.3. 2015

Portrait d'exploitation agricole: maraîcher "Bio+" Birchhof

Le Bio peut toujours devenir "conventionnel". Mais le Bio, c'est aussi très varié. Toujours plus d'exploitations Bio vont aujourd'hui bien au-delà des exigences "ordinaires" de l'agriculture biologique. L'exploitation maraîchère de Roger Gündel montre à quoi cela peut mener. Son type d'agriculture se distancie plus de l'agriculture biologique que le Bio ne le fait de l'agriculture conventionnelle. Son "Bio+" montre clairement le potentiel qui existe dans une agriculture adaptée au lieu et à la nature.

Continuer
VISION AGRICULTURE / NEWSLETTER 7.7. 2014

"Bandes fleuries" comme nouvel élément écologique pour l'agriculture suisse? Des intérêts économiques sous couverture… verte!

Les experts sont rarement aussi unanimes: les "bandes fleuries" proposées par l'Office fédéral de l'agriculture (OFAG) comme nouvel élément de compensation écologique nuit à la biodiversité dans les terres agricoles plus qu'elle ne lui est utile. Pourtant la Confédération s'accroche à ces bandes fleuries. Les dessous d'une ineptie.

Continuer
VISION AGRICULTURE / LIVRE 1.1. 2011

Livre blanc de l'agriculture

Livre blanc de l'agriculture

La réforme agraire amorcée depuis bientôt deux décennies s'est arrêtée pratiquement à mi-chemin. Les instruments actuels de la politique agricole ne sont pas conformes à l'article constitutionnel de 1996. Le Livre blanc de l'agriculture suisse offre une analyse de la situation complète et accessible à tous ; elle met en évidence quelles réformes s'avèrent indispensables à la mise en œuvre d'une politique agricole porteuse d'avenir et conforme à la Constitution. En publiant ce livre, Vision Landwirtschaft pose une première pierre sur laquelle devra s'appuyer le débat qui s'instaurera au sujet de la politique agricole dans les années à venir.

Continuer