Page d'accueil / Thèmes / Rentabilité

Des décennies d'incitations inopportunes entraînent l'agriculture suisse dans un gouffre économique

La valeur ajoutée et la rentabilité de l'agriculture suisse occupent le bas du classement en comparaison internationale. Les facteurs principaux sont les incitations inopportunes créées par de fortes subventions et le soutien aux prix. Parce que la Confédération publie dans ses statistiques chaque fois des chiffres maquillés sur la situation économique de l'agriculture, les politiques et le public ont jusqu'à présent à peine réalisé l'ampleur réelle du désastre.
Pendant des décennies, des incitations inopportunes très fortes, en comparaison internationale, sous forme de subventions, ont entraîné l'agriculture suisse dans une dépendance totale face à l'État et l'industrie.

En 2009, l'agriculture suisse n'a pour la première fois gagné aucun centime de sa production. Depuis, les coûts de la consommation intermédiaire, comme ceux du fourrage, de l'énergie et des machines, dépassent les recettes provenant de la production. Dans ce calcul n'est même pas intégré le soutien au marché assumé par les consommateurs à travers la protection aux frontières. S'il était inclus, les exploitations agricoles suisses inscriraient aujourd'hui environ deux milliards de pertes avant de s'être versé un salaire. C'est ce que montrent les analyses de Vision Landwirtschaft. La Confédération publie en revanche à ce jour des chiffres massivement embellis.

Les subventions ne maintiennent pas seulement en vie des structures non rentables, mais elles favorisent même activement une production toujours plus intensive et particulièrement non rentable, dont les coûts continuent à augmenter plus fortement que les augmentations des profits et que les recettes de ses propres produits. L'agriculture est devenue une passoire. Ses rentrées d'argent alimentent en fin de compte totalement la branche en aval. Des groupes agro-alimentaires voient leur chiffre d'affaires augmenter d'année en année. Et parallèlement surgissent des dommages environnementaux massifs dûs à l'utilisation élevée de technologie et de matières auxiliaires.

Poursuivre la politique actuelle serait économiquement irresponsable. Les chiffres et les faits sont sur la table. Vision Landwirtschaft revendique pour 2022 une correction en profondeur de la politique agricole.
Contributions sur ce thème
31.5. 2019

Positive Erfahrungen mit Blühstreifen im Obstbau

Positive Erfahrungen mit Blühstreifen im Obstbau

Intensiv bewirtschaftete Obstanlagen führen zu einer massiven Reduzierung der Biodiversität und zu einer starken Abhängigkeit von externen Inputs um die Bodenfruchtbarkeit zu erhalten und einen wirkungsvollen Pflanzenschutz zu gewährleisten. 

Nun zeigen innovative Obstproduzenten, dass mit einem zukunftsweisenden Management im Obstbau die Bodenfruchtbarkeit und Biodiversität nachhaltig verbessert werden kann. Nicht nur die ökonomischen Leistungen verbessern sich dadurch markant, auch die Vorteile für Umwelt und Gesellschaft überwiegen.

 >> Mehr Informationen in der Bauernzeitung

16.5. 2019

L’Initiative pour une eau potable propre menace le modèle économique de l’agro-industrie

L’Initiative pour une eau potable propre menace le modèle économique de l’agro-industrie

Aucun groupe ne gagne plus d’argent dans l’agriculture suisse que la multinationale Fenaco. Les multinationales rusées du secteur agroalimentaire reçoivent des milliards de francs pour l’achat des aliments pour animaux, des engrais, des pesticides etc. des exploitations agricoles suisses. Plus la production est industrielle, plus l’affaire est rentable.

Continuer
COMMENTAIRE 20.3. 2019

Résultats intéressants mais manque de mise en perspective

Résultats intéressants mais manque de mise en perspective

Fin février, le Secrétariat d’État à l’économie (SECO) a publié cinq études réalisées sur mandat, sur le thème des étapes en amont et en aval de la création de valeur de l’agriculture. Ce que les études ne considèrent pas, c’est le parallèle des résultats par rapport à la politique agricole actuelle et d’autres études. Le dernier numéro de la revue du SECO «La Vie Économique» avec pour thème principal «L’avenir de l’agriculture» ne comble pas non plus cette lacune. Les résultats sont interprétés en conséquence par exemple dans le Bauernzeitung en fonction de ses propres intérêts.

Continuer
VISION AGRICULTURE / 6.3. 2019

PA22+: de nouveaux indicateurs contre le manque de transparence et l’immobilisme

PA22+: de nouveaux indicateurs contre le manque de transparence et l’immobilisme

Jusqu’à présent, l’impact de la politique agricole était mesuré avec des indicateurs qui voilaient plus qu’ils ne clarifiaient. Ce manque de transparence est une condition préalable décisive pour que le Parlement puisse axer la politique agricole en grande partie sur les intérêts de l’industrie proche de l’agriculture, plutôt que sur les objectifs fixés par la loi. Pour remédier à cette situation, Vision Agriculture a publié, en collaboration avec d’autres organisations, 21 indicateurs. Ils donnent pour la première fois un aperçu général de la réalisation des objectifs de la politique agricole en se basant sur les bases légales. Ils montrent que seuls 2 des 21 objectifs sont atteints. Cela concerne non seulement tous les objectifs environnementaux importants, mais aussi les objectifs économiques et sociaux qui ne sont pas atteints, souvent largement. Dans le même temps, les ressources les plus importantes sont utilisées pour des objectifs qui ont déjà été plus qu’atteints.

Continuer
VISION AGRICULTURE / COMMUNIQUÉ DE PRESSE 7.9. 2018

La politique agricole coûte 20 milliards de francs par an? L’étude d’Avenir Suisse est plus qu’une simple provocation pour l’agriculture suisse

Pour la première fois, une vue d’ensemble complète et détaillée des coûts économiques directs et indirects de l’agriculture suisse: c’est le mérite d’une nouvelle étude d’envergure d’Avenir Suisse, même si dans le détail on peut discuter sur de nombreux chiffres et exigences rigoureuses dans l’important rapport.

Continuer
INTERVIEW 22.5. 2018

«Un jour, je serais complètement débarrassé des pesticides»

«Un jour, je serais complètement débarrassé des pesticides»

Dans le verger et dans la petite pépinière de Helmut Müller" et Monika Bühler, on se sent comme au paradis. Ici prospèrent plus de 80 variétés de pommes, plus de 120 variétés de poires, plus de 60 variétés de prunes et de pruneaux, ainsi que des cerises et des raisins.  Helmut et Monika cultivent beaucoup de variétés, même très rares. Les fruits sont vendus directement à la ferme, comme fruits de table ou sous forme de jus et de cidre, qui sont aussi vendus dans des magasins Bio. Le cidre de leurs pommes les a même rendus célèbres dans le monde entier. L’exploitation agricole thurgovienne se base depuis 30 ans sur la production biologique et elle génère un revenu suffisant pour une exploitation à titre principal sur une superficie de seulement 10 hectares sans «cultures intensives». Et cela malgré les prix modestes auxquels Monika et Helmut vendent leurs produits biologiques de haute qualité.

Continuer
REPORTAGE TV 7.5. 2018

Europe: vers une agriculture sans pesticides?

Débat télévisé avec des députés européens et reportage aur un village italien qui vient de voter par referendum la suppression des pesticides, une première en Europe. Un agronome a montré aux agriculteurs comment se passer des produits chimiques. Les agriculteurs ont aussi mis en place une assurance collective en cas de mauvaise récolte. L'idée, c'est d'être dédommager en cas de mauvais rendement. Sur 50000 hectares couverts par l’assurance, moins d’un pourcent a dû être remboursé.

En réautorisant le glyphosate pour cinq ans en décembre dernier, la Commission européenne avait promis plus de transparence dans les procédures d'homologation des pesticides. Le Parlement européen a mis en place une commission spéciale sur le système d'autorisation des pesticides en Europe (PEST). Elle a commencé son travail d'enquête et les conclusions de l'enquête seront rendues en décembre.

>> Vers l'émission Europe Hebdo du 25.4.2018

ECO SRF / AGROSCOPE / 25.9. 2017

Production laitière: gagner plus avec moins d’aliments concentrés et plus de pâturage

Ce que Vision Agriculture avait montré en 2016 dans une Fiche Info, a maintenant été confirmé par Agroscope dans des analyses détaillées d’exploitations: la production laitière pourrait être beaucoup plus efficace, plus respectueuse de l’environnement et plus rentable dans de nombreuses exploitations suisses, en donnant moins d’aliments concentrés et en renforçant le pâturage. Ce n’est cependant pas adapté pour les races performantes. C’est l’une des raisons pour lesquelles une petite minorité d’exploitants commencent à produire du lait de cette manière. ECO fait état des efforts pour l’élevage d’une "nouvelle vache suisse" dans un reportage.

>> Vers le reportage ECO de SRF (en allemand)
>> Vers l'étude d'Agroscope

LE MONDE / ARTICLE DE JOURNAL 28.2. 2017

Agriculture : pourquoi la réduction des pesticides est possible

La thématique des pesticides est au cœur des préoccupations de nos voisins français. Quelques jours après la publication des résultats navrants des statistiques nationales sur ce sujet, une étude, basée sur le monitoring de nombreuses fermes témoins, montre qu'une forte réduction du recours aux pesticides n'entame pas la productivité. La proportion de 42% est même avancée. Pour rappel, les chiffres du plan de réduction des pesticides en Suisse sont du même ordre de grandeur, ceci pour les mesures à court terme !

Contributions relatives

AGROSCOPE / NZZ / 19.1. 2017

Smart Farming: une issue contre le manque de valeur ajoutée?

Smart Farming: une issue contre le manque de valeur ajoutée?

Machines d’alimentation pour le bétail, drones appliquant automatiquement des pesticides, robots de désherbage: "Smart Farming" promet de nouvelles perspectives à l’agriculture. Une conférence à Agroscope a montré tout ce qui est possible aujourd’hui. L’avenir montrera si la nouvelle technologie aidera les agriculteurs à créer de la valeur ajoutée et assurer un développement durable, ou si elle va rendre l’agriculture encore plus coûteuse et non rentable. Une euphorie serait en tout cas prématurée. Dans un article dans la NZZ, Vision Agriculture plaide en faveur d’une retenue. C’est à chaque exploitant de décider s’il veut s’en remettre encore plus à l’industrie pour son travail et sa valeur ajoutée.

>> Vers l'article dans la NZZ (en allemand)

Autre lien: Fiche Info Nr. 6, mars 2016: Données chiffrées concernant l'agriculture multifonctionnelle suisse publiée par Vision Agriculture


Contributions relatives

VISION AGRICULTURE / NEWSLETTER 11.11. 2016

La valeur ajoutée de l’agriculture plonge dans les chiffres rouges

La valeur ajoutée produite par l’agriculture suisse est en queue de peloton sur le plan international. En comparaison avec l’année précédente, les chiffres du Rapport agricole 2015 indique une diminution de 15% pour se situer à 1.8 milliards de francs. Cependant, les chiffres de la Confédération ne reflètent qu’une partie de la réalité, car ils considèrent le soutien des prix comme partie intégrante de la valeur ajoutée. Le déficit compensé par ce soutien s’est en réalité empiré pour passer de 1.5 milliard de francs en 2014 à 2.3 milliards pour 2015.

Continuer
VISION AGRICULTURE / FICHE INFO 1.8. 2016

Fiche Info Nr. 7, août 2016: Systèmes de pâture plutôt que stratégie de haut rendement dans la production laitière suisse

Comparaison entre haut rendement et pâture intégrale assortie d'une faible utilisation d'aliments concentrés

Au cours des dernières années, plusieurs études ont montré qu'une réduction des coûts de production pouvait sensiblement améliorer les revenus des exploitations laitières suisses. A cet égard, la réduction de l'utilisation d'aliments concentrés et le recours à des systèmes de pacage en lieu et place d'une stabulation à grands frais offrent des possibilités notables de diminution des coûts.

La majorité des exploitations laitières suisses misent aujourd'hui sur une stratégie de haut rendement, avec stabulation et emploi d'aliments concentrés. Le présent document examine les possibilités d'amélioration des revenus et les principales incidences écologiques résultant de l'adoption de systèmes de pâture assortis d'une diminution substantielle de l'emploi d'aliments concentrés. Les calculs se fondent sur des études ayant établi une comparaison empirique de diverses stratégies de production laitière.

Documents

VISION AGRICULTURE / NEWSLETTER 31.3. 2016

Valeur ajoutée négative de l’agriculture suisse

Quelle est la valeur ajoutée de l’agriculture suisse ? Elle est indiquée dans les comptes économiques suisses de la Confédération : 2,2 milliards de francs. Mais ce chiffre est trompeur et camoufle la situation économique réelle de l’agriculture car ni la protection à la frontière, ni les prestations d’intérêt général fournies par l’agriculture ne sont prises en compte. Une nouvelle étude montre ce à quoi devrait ressembler un calcul proche de la réalité qui se base sur les chiffres de la Confédération et de l‘OCDE. La différence avec les chiffres officiels se monte à plus de 3 milliards de francs.

Continuer
VISION AGRICULTURE / FICHE INFO 1.3. 2016

Fiche Info Nr. 6, mars 2016: Données chiffrées concernant l'agriculture multifonctionnelle suisse

Quelle est la valeur ajoutée de l'agriculture suisse ? Elle est indiquée dans les comptes économiques suisses de la Confédération : 2,2 milliards de francs. Mais ce chiffre est trompeur et camoufle la situation économique réelle de l'agriculture car ni la protection à la frontière, ni les prestations d'intérêt général fournies par l'agriculture ne sont prises en compte. Les comptes économiques de l'agriculture conventionnels portent un titre trompeur.

La Fiche Info Nr. 6 de Vision Agriculture montre ce à quoi devrait ressembler un calcul proche de la réalité qui se base sur les chiffres de la Confédération et de l'OCDE. La différence avec les chiffres officiels se monte à plus de 3 milliards de francs. Par ailleurs, il est proposé, et calculé, une série d'autres indicateurs économiques pour l'agriculture multifonctionnelle suisse, comme la part des paiements directs qui rétribuent des prestations, ou le soutien l'agriculture dans l'ensemble (à l'exclusion des paiements pour des prestations) ainsi que la hauteur des coûts environnementaux de l'agriculture.

Documents

VISION LANDWIRTSCHAFT / ARTICLE DE JOURNAL 14.1. 2016

Quelle production agricole voulons-nous en Suisse?

Il n'y a pas d'antinomie entre produire et préserver les ressources naturelles.

Documents

VISION AGRICULTURE / NEWSLETTER 1.4. 2014

Portrait d'exploitation: s'émanciper de l'industrie agroalimentaire et des paiements directs

Christophe Viret exploite 45 ha de grandes cultures et de prairies au-dessus de Morges. En bio depuis 2012, il pratique le non labour sur toutes ses parcelles depuis 20 ans, et suit sa propre voie, proche de l'agroforesterie ou de la permaculture, à la recherche de l'autonomie de son exploitation.

Continuer
VISION AGRICULTURE / LIVRE 1.1. 2011

Livre blanc de l'agriculture

Livre blanc de l'agriculture

La réforme agraire amorcée depuis bientôt deux décennies s'est arrêtée pratiquement à mi-chemin. Les instruments actuels de la politique agricole ne sont pas conformes à l'article constitutionnel de 1996. Le Livre blanc de l'agriculture suisse offre une analyse de la situation complète et accessible à tous ; elle met en évidence quelles réformes s'avèrent indispensables à la mise en œuvre d'une politique agricole porteuse d'avenir et conforme à la Constitution. En publiant ce livre, Vision Landwirtschaft pose une première pierre sur laquelle devra s'appuyer le débat qui s'instaurera au sujet de la politique agricole dans les années à venir.

Continuer